La déraisonnable – Road-Trip de Fab du 4 août 2019

Eh bien voilà j’ai craqué !!!

Oui je suis faible mais comment peut-on résister à l’appel de l’ailleurs !? Moi je ne sais pas … 🤷‍♀️

Après 1 mois d’assignation à résidence à ne pas pouvoir faire grand chose … Enfin pas grand chose de ce qui me passionne.

J’avais déjà fait un certain nombre de choses, démonter, remonter … un nombre incalculable de fois ma moto, squatter le canapé, m’abrutir devant les séries, lire mes magazines ROAD TRIP, JOURNAL DES MOTARDS, MOTO MAGAZINE, MONTAGNES … et autres revues certes pas très élevées intellectuellement mais bien plus efficaces sur le moral qu’une presse de finances ou people…

Bon que fais-je ?? 🤔 Mon sac était toujours prêt de mon projet voyage annulé, la moto fonctionne … moi ? Et bien je suis en manque 😅

Et puis ZUUUUT !!!

Je brave l’interdit, un mal pour un bien, on a qu’une vie 🤷‍♀️

(Euh en fait nous avons plusieurs vies et une seule mort mais pour profiter de chaque instant, de chaque moment, il faut le vivre comme si c’était le dernier)

GOOOO 🏍 bagages fixés, attelle, autres anti inflammatoires et antidouleurs sont à portée de mains … Je vais bien et tout va bien se passer 👌

Pour quel itinéraire me direz-vous !? …

Bonne question, j’ai tendance à aller dans le sens du vent et me laisse porter par l’humeur du moment.

Là mon envie avait envie de terminer ou du moins reprendre un parcours sur lequel j’ai dû rebrousser chemin à cause de la neige et de congères.

Oui pour 1 ou 2 sceptiques dont je tairais les noms 😜 … pas d’abandon mais des revanches …

En quelques heures, me voilà enfin sur ma fidèle. Équipée d’une chevillère souple, chaussettes de contention et mes bottes aussi rigides qu’une attelle, je pouvais enfin mettre les voiles 🥰

Un pur bonheur, un moment de bonheur à lui tout seul que de sentir le vent, les vibrations, d’entendre le ronronnement du moteur.

La vitesse, l’enchaînement des virages, les motards que l’on croise … tout devenait grisant, euphorisant et tellement réjouissant.

Certes le passage des vitesses se faisait un peu non sans mal, avec une sensation d’être rouillé mais qu’importe … un mal pour un bien. 
Mon esprit, mon moral, tout mon être n’attendait que ça … cette évasion, cet ailleurs …

Les environnement défilent avec des passages en forêt avec cette sensation de fraîcheur, cette odeur de sous-bois et le plaisir de croiser ses habitants, d’autres plus arides ou plus tendus techniquement mais rien d’insurmontable pour quelqu’un qui avait l’impression de vivre un moment d’évasion tel un prisonnier.

En fait nous avons plusieurs vies et une seule mort mais pour profiter de chaque instant, de chaque moment, il faut le vivre comme si c’était le dernier.

Fab Lou

Les pauses se sont faites plus nombreuses mais se sont révélées bien nécessaires.

Dans mes moments de solo, j’évite de me mettre dans des situations inconfortables ou du moins dans des pièges où je ne pourrai pas m’extraire seule et là je dois dire que j’ai évité plus que d’habitude de me mettre en situation de difficulté, ce qui m’a valu quelques frustrations mais bon je me devais de prendre aussi soin de moi physiquement.

Le moral est une chose mais devoir encore être prisonnière durant des semaines, je ne le souhaitais pas.

Plus je montais vers les hauteurs et plus je me retrouvais sereine et à l’affût de la moindre beauté que m’offrait cet environnement.

J’aime, j’adore, je suis bien, je suis libre.

Cette liberté en moto, je dois dire qu’elle est coûteuse pour nous, motards … il fait chaud, j’ai mal au derrière, oui faut le dire, c’est beau de vouloir bouffer du kilomètre mais il faut aussi avoir un fessier d’acier 😅

NOTE à moi-même : voir si les corsaires de cyclisme peuvent être adaptés à la pratique de la moto 🤷‍♀️

Ce week-end c’était aussi la nuit des étoiles et une petite souris m’avait soufflé à l’oreille … “tu veux voir des étoiles ? Va au plus haut, loin des habitations…” et bien justement mon lieu de bivouac allait être simplement parfait.

Un bivouac au sommet du col de Iseran a 2775m d’altitude 🥰. 
Mon arrivée s’est faite au crépuscule, enfin la nuit était déjà bien avancée. Il fallait que je trouve un petit coin où poser ma tente … comme il ne fallait pas que je sois trop loin de la moto et n’étant pas encore capable de crapahutage, mon point de chute devait être assez simple d’accès. 
Là, encore un moment de déception je dois le dire car il y avait de bien meilleurs endroits mais bon dans le noir avec une cheville pas encore rétablie, il ne fallait pas être plus royaliste que le roi 👌.

NOTE à moi-même : renouveler l’expérience plus tard 😁

Montage de la tente dans le noir : check, grignoter un bout : check, dodo d’un sommeil du juste : check … bon celui-ci fut de courte durée. 
Oui à cette altitude le vent est chose courante 😵 et je n’y ai pas échappé, c’est vers 3h du matin que le souffle du grand Éole a voulu me faire part de sa présence. Mais bon cela n’a en rien entamé mon plaisir d’être en ces lieux.

Les heures passent, j’ai fini la nuit d’un œil et il est déjà l’heure de plier bagages et de se remettre en route.

Descente du col à une allure suffisante pour me permettre de me régaler de ce panorama, des marmottes en flanc de montagne. Un plaisir sans nom qui me mettait du baume au cœur et le sourire aux lèvres.

Avant d’entamer ma nouvelle ascension un arrêt petit-déjeuner était le bienvenue. J’ai croisé des personnes sympathiques et plutôt surprises de me voir seule vagabonder avec mon bolide chargé comme un âne 😅. 
La dame de la boulangerie, attachante comme tout, était soucieuse de mon déjeuner du midi et m’avait déjà préparé une part de quiche … préparation maison me dit-elle … je me suis levée à 5h pour la préparer et la proposer à mes clients. Comment refuser une telle proposition 😋

Hop hop !!! Plein fait, de quoi grignoter dans le sac … me voilà repartie.

Les courbes s’enchaînent, les paysages défilent… le plaisir est grand et ma tête se vide enfin.

Voilà je profite de l’instant …

Les pauses deviennent habitudes, il faut reposer la bête. Je m’attarde un moment à l’ombre … Je prend le temps de prendre le temps.

Je suis bien 🧘‍♀️

Habituée à rouler durant des heures, je ne m’attarde que très rarement sur des temps de pauses … ça fait du bien, c’est plutôt plaisant.

Un crochet sur l’Italie que je n’oublierai pas … ils sont dingues, y a que des lignes blanches 🤦‍♀️ mais par contre de vrais boulevards, les virages sont numérotés et annoncés en amont …

Mon cœur a battu la chamade quand je me suis retrouvée au pied du Chaberton. J’ai levé le nez … il était là, le Fort des nuages, le cuirassé des nuages, ce géant que j’avais découvert par son sommet, il était là, à dominer. C’est vrai qu’il en impose 😮

J’étais si bien là haut mais comme toutes bonnes choses … elles ont une fin. Il faut redescendre et rentrer.

Dans mes bagages j’avais encore de quoi passer une nuit ou 2 dehors … l’envie était grande mais il faut être raisonnable.

Je ne l’ai pas été à un moment, je n’ai pas su entendre les alertes et cela m’a clouée à demeure … non je vais résister à la tentation, je vais profiter de ce bien-être sans tirer sur la corde pour éviter que celui-ci ne vire au cauchemar. 
C’est une première depuis de longues semaines … patience, patience, le meilleur est a venir.

Il fait lourd, la température est bien plus importantes maintenant que j’arrive dans la vallée. Je savais que sur ma route, j’allais pouvoir me rafraîchir avant d’entamer le trajet retour.

Pas de maillot, pas de problème 🙈 … Je profite de cet instant de fraîcheur et de tranquillité dans un des bassins d’une source chaude …

Moment de grâce … Mon corps qui avait cuit à petit feu dans mon cuir pouvait maintenant se détendre.

Sèche, rafraîchie, d’étendue … me voilà repartie 😅 je roule, je profite, je frise les limites mais c’est tellement bon de se laisser porter par ce sentiment de s’être libéré l’esprit.

Pas raisonnable mais vraiment pas grave … J’en avais besoin … Faut-il vraiment toujours être douée de raison, n’est-il pas tout aussi raisonnable d’écouter ses besoins ?

Après ces quelques heures passées sur la route, je me dis que j’avais bien fait d’être déraisonnable 😜

Vivement la prochaine …

Fab.

Le Road-Trip en vidéo

Montez le son, avec la musique l’émotion est plus vive 😉

Le Road-Trip en photos

Publication vue 86 fois, dont 1 fois aujourd'hui