Skap-P : Somos la revolucion (Nous sommes la révolution)

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je souhaite vous faire découvrir ou redécouvrir le groupe engagé espagnol Ska-P et plus particulièrement leur musique “El Vals Del Obrero” (La Valse De l’Ouvrier)

Skap-P

Originaire du quartier de Vallecas, à Madrid ; Ska-P s’est formé en 1994 autour d’un groupe d’amis. Autant engagé dans la vie que dans leur musique, on retrouve de nombreuses revendications politiques et sociales dans leurs textes ; dénonçant entre autres la pauvreté, la globalisation, l’impérialisme américain, la religion, la corruption politique, la guerre, la violence animale, le racisme, la monarchie espagnole ou encore militant pour la légalisation du cannabis. Avec le ska punk comme référence musicale, le groupe associe à la fois les airs festifs et des thèmes graves en portant une parole très orientée vers un style antisystème et altermondialiste. Leurs prestations sur scène sont toujours très scéniques et dynamiques (notamment portées par de nombreux costumes et déguisements). Au fil du temps, le groupe devient très prisé des festivals et acquiert une renommée mondiale avec un grand succès en Europe et en Amérique latine.

La musique “El Vals Del Obrero”, enregistré en 1996, est toujours autant d’actualité. Simple, festive et engagée, c’est à la fois un hommage aux prolétaires et en même temps une critique de la lutte des classes et de la vision du travail et du capitalisme dans notre société.

“El Vals Del Obrero”

La Valse De L’Ouvrier

Le premier couplet donne le ton et résume simplement, mais très bien la situation.

Orgulloso de estar entre el proletariado
Fier d'appartenir au prolétariat
Es dificil llegar a fin de mes
Il est difficile d'atteindre la fin du mois
Y tener que sudar y sudar
Et avoir à transpirer et transpirer
Pa ganar nuestro pan.
Pour gagner notre pain.

Par la suite, on peut citer d’autres passages marquants venant des couplets suivants.

Estyhasta los cojones de aguantar a sanguijuelas,
Y en a marre de supporter les sangsues
Los que me roban mi dignidad.
Celles qui volent ma dignité. 
 
Mi vida se consume soportando esta rutina
Ma vie se consume en supportant cette routine
Que me ahoga cada dias mas.
Qui me noie chaque jour davantage.
 
Mis rinones van a reventar.
Mes reins vont éclater.
No tengo un puto duro, pero sigo cotizando
Je n'ai pas un putain de sou, mais continue à cotiser
 
En esta democracia hay mucho listo que se lucra
Dans cette démocratie trop de malins en profitent
Exprimiendo a nuestra clase social.
En exploitant notre classe sociale.
 
Un juego bien pensado, en el que nos tienen callados
Un jeu bien établi où ils nous baillonnent
Y te joden si no quieres jugar.
Ils te niquent si tu ne veux pas jouer.

Mais les parties et qui m’ont surtout donné envie et décidé d’écrire ces quelques lignes sont le pont et le refrain qui sont à la fois si entraînants et puissants:

[Puenta] [Pont]
Este es mi sitio, esta es mi gente
Ici c'est ma place, ceux-là sont les miens
Somos obreros, la clase preferente
Nous sommes des ouvriers, la classe principale
Por eso, hermano proletario, con orgullo
Pour ça, frère prolétaire, avec fierté
Yo te canto esta cancion, somos la revolucion.
Je te chante cette chanson, nous sommes la révolution.
 
[Refrain]
Si Senor, La revolucion
Oui Monsieur, La révolution
SI Senor ! Si Senor, Somos la revolucion
Oui Monsieur ! Oui Monsieur, Nous sommes la révolution
Tu enemigo es el patron
Ton ennemi est le patron
Si Senor, Si Senor, Somos la revolucion
Oui Monsieur, Oui Monsieur, Nous sommes la révolution

Viva la revolucion
Vive la révolution.

Dans cette chanson que j’adore, il y a une phrase qui me donne toujours des frissons en l’entendant et cette phrase c’est “Somos la revolucion” ! En l’interprétant de manière plus globale, je la trouve très forte. “Nous sommes la révolution”, ce sont nos paroles et nos actes qui vont déterminer notre avenir. Ensemble nous pouvons faire bouger notre monde vers un avenir meilleur.

Lire aussi:  Quand la majorité préfère foncer dans le mur, d'autres se battent au quotidien mais peut-être pour rien.

Noah

Si vous voulez aller plus loin dans la (re)découverte, voici un résumé de leurs combats à travers des musiques endiablées !

“Le groupe (qui se revendique anarchiste) se bat sur tous les fronts : la peine de mort (Welcome to Hell), le travail des enfants (Los Hijos bastardos de la globalización), le manque de liberté (Bajo Vigilancia, Planeta eskoria), la pauvreté (El Olvidado, no te pares), la maltraitance des femmes (Violencia machista), les inégalités dans le monde (0,7), la libération de la Palestine (Intifada), la religion (Sexo y religión, Sectas, Villancico, La Mosca cojonera, Crimen sollicitationis), la libération de l’Amérique latine (La Sesera no va, Juan sin tierra, América latina ¡¡libre!!, El Libertador), le racisme et l’immigration (Alí, El Magrebí, Lucrecia, Mestizaje), la société de consommation (Villancico, Consumo gusto, Oniomanos), le prolétariat (El Vals del Obrero, Poder pa’l pueblo, Naval xixón), la police (Romero el madero, Solamente por pensar), la légalisation du cannabis (Cannabis, Al Turrón, Como me pongo, Mis colegas), la maltraitance des animaux (Animales de laboratorio, Kémalo, Insensibilidad), les corridas (Abolición, Vergüenza, Wild Spain), l’impérialisme américain (La Sesera no va, América latina ¡¡libre!!, Tío Sam, El Imperio caerá), les enfants-soldats (El niño soldado), et la manipulation par les médias (Reality Show, Revistas del corazón, Radio falacia).”

Sources / En savoir plus

Ska-P ” El Vals Del Obrero

Ska-P ” El Vals Del Obrero ” (vidéolive)

Ska-P Wikipédia

Paroles et traductions

Publication vue 50 fois, dont 1 fois aujourd'hui