BRANCO vs RUFFIN : Qu’est-ce que ça raconte ?

Hier soir, on voulait connaître votre avis sur la “polémique” Juan Branco Vs François Ruffin. Avec un peu de recul, on va essayer de voir ce que raconte cette histoire. 

Pour rappeler les faits, une personne a récemment vu Ruffin à Amiens dire qu’il était sincère lors de l’une de ses prises de paroles. Étant dégoûtée d’entendre cela, elle a ressorti cet enregistrement de Radio Nova datant de 2016 et étant passée inaperçue à l’époque. Cette personne a alors contacté Juan pour lui en parler et le diffuser.

Juan Branco a alors commencé via tweeter une “exclu” avant de publier (sur Facebook) une vidéo où l’on entend Ruffin parler stratégie avec Macron. Puis est venu le live, nous permettant d’en savoir plus sur le contexte et d’écouter la réflexion de Branco. Dans ce live,  il nous explique notamment que l’opposition politique n’est que mensonge et qu’elle n’existe pas. Ce n’est qu’un jeu politique permettant à chacun de se retrouver dans au moins un candidat, mais qui au final, n’est qu’un outil de plus permettant de conserver le même fonctionnement et les mêmes privilèges.

En écrivant ces lignes, il me vient facilement l’envie de faire le rapprochement avec le concept de curseur politique et celui de la fenêtre d’Overton dont on a parlé récemment. En contrôlant et/ou en s’alliant avec l’opposition, on sait contre quoi on se bat et dans quelle mesure. On reste dans une sphère “acceptable” pour le système qui continue de vivre, peu importe qui est au pouvoir. Par exemple, en France, nous n’avons pas sur le devant de la scène et nous ne parlons jamais dans les médias de partis communistes, anarchistes ou révolutionnaires. Ces idées considérées comme venant d’extrême gauche (et plus loin) ne sont pas encore acceptées dans le débat public. Nous ne pouvons pas encore parler de réformer complètement le système et de revoir notre façon de penser le monde, la nature, nos relations et notre façon de vivre puisque le curseur politique est positionné vers l’extrême droite et que l’opposition s’arrête au centre.

Finalement, le plus important dans cette histoire selon moi, ce n’est pas de savoir si Macron est en collusion avec Ruffin ou encore si Branco est un opportuniste, mais de comprendre ce que cette histoire raconte. Aujourd’hui, il est devenu courant et considéré comme normal et même indispensable d’utiliser diverses magouilles et stratégies malsaines en politique bien que cela ne le devrait pas ! Un gouvernement composé d’hommes politiques censés nous représenter et prendre les meilleurs décisions pour le bien commun ne peut pas fonctionner de cette manière. C’est bien la preuve (une de plus) que ce système est défaillant. Génération après génération, homme politique après homme politique, les arrangements et coups de communication se sont succédés au détriment d’enfants, de femmes, d’hommes, d’animaux et de la Terre. A partir du moment où l’on bombarde des pays pour de fausses guerres, que l’on exploite la misère pour notre propre confort, que l’on mente, que l’on violente (physiquement et institutionnellement) et que l’on manipule ouvertement notre peuple ; nous ne pouvons plus dire que notre gouvernement assure ses missions. Cette histoire avec Macron et Ruffin, n’est qu’un exemple de plus de la malveillance et de la perversion que revêt LA politique.

Pour résumer :

D’un côté, on a un Juan Branco sur le vif, attaquant de face Ruffin suite à cet événement. Quand on est régulièrement sur le terrain, en recevant et en observant quotidiennement des news pour la plupart orientées dans une même direction, il est facile de se laisser avoir par des biais cognitifs influençant l’angle choisi. Ici par exemple, le biais de confirmation est sûrement la cause de ce sentiment de colère que certaines personnes n’ont pas compris puisqu’il y a “prescription” selon eux. Mais comment lui en vouloir ? Comment ne pas se sentir trahi et peut-être s’emporter un peu trop quand on voit tout ce qu’il se passe autour de nous tous les jours ? Au vue des commentaires, ce qui a aussi dérangé, c’est la manière dont Juan Branco a présenté cette information. En teasant le sujet sur twitter dans un premier temps, avant de partager une vidéo sur Facebook pour ensuite la développer lors d’un live ; il donne l’impression de jouer avec la situation et de vouloir créer un drama. A mon sens, une seule publication avec la vidéo, le contexte et sa réflexion (pertinente d’ailleurs) aurait été beaucoup plus efficace pour les lecteurs et moins nocive pour lui-même. 

Lire aussi:  Les naissances capitales pour l'avenir de la société ?

Maintenant, la question que l’on peut se poser est : “est-ce que la démarche cache des intentions et des intérêts personnels derrière ou est-elle au contraire totalement sincère, bien qu’un peu maladroite ?”.

De l’autre côté, on a un François Ruffin qui assume totalement sa stratégie. Dans une période difficile pour les employés de Whirlpool, il fallait les aider à exister dans l’espace public. Il a décidé de jouer le jeu du système et “d’utiliser ses cartes” pour essayer de donner de la visibilité à la situation. Comme il le dit lui-même en d’autres termes, il est prêt à pactiser avec le diable si c’est pour la bonne cause. Par rapport à cela, c’est à chacun d’entre nous de réfléchir et de voir si on est d’accord avec cette stratégie ou non. Cependant, ce qui me dérange le plus personnellement ce sont les conséquences de cette mise en scène. En jouant une fausse dispute avec Macron devant les médias comme cela, ils savent très bien quelle image ils vont renvoyer au grand public. On est alors en droit de se poser des questions sur l’aspect éthique de cette démarche et je comprends que certains remettent la sincérité de François Ruffin en question. 

Comme pour Branco, les questions à se poser maintenant sont d’abord de savoir si l’on est personnellement en accord avec la manière de faire de François Ruffin et ensuite, d’essayer de comprendre si cette stratégie est vraiment sincère ou si elle est encore l’outil d’intérêts personnels comme une envie de gagner en visibilité et en pouvoir.

Au final, les questions que l’on se pose sur ces hommes sont toujours à peu près les mêmes, mais je trouve que pour Juan Branco et François Ruffin, la réponse est loin d’être  évidente. Après cette histoire, ces stratégies et cette manière de faire, je les attends avec impatience au tournant ! Que vont-ils faire ? Quels sont leurs réels objectifs ? Et on fait quoi de ce système concrètement ? … Tant de questions qui demandent réflexions et partages.

La leçon à retenir de tout ça, c’est qu’il faut savoir prendre du recul pour observer la situation. On voit bien dans cette histoire que tout les deux sont victimes de certains biais cognitifs. Mais est-ce si grave ? On est tous soumis à ces biais au quotidien et il est beaucoup plus facile de les relativiser lorsque l’on est d’un point de vue d’observateur et non directement dans le feu de l’action. Au final, au mieux toute cette histoire n’est qu’un combat de coqs entre deux “robin des bois” emplis de sincérité. Et au pire, ce n’est encore qu’une énième magouille politique de plus qui nous confirme davantage qu’il n’y a aucune opposition viable en France à part le peuple lui-même. 

Dans les deux cas, nous devons rester concentrés sur le 5 décembre. Pour la première fois depuis longtemps, il semble se créer une convergence des luttes. Tout cela n’est pas dû qu’à la retraite (surtout que d’ici-là et au vu des prévisions pour les décennies à venir, tout aura sûrement changé) mais aussi d’un ras-le-bol général. 

La réforme des retraites n’est qu’une nouvelle goutte d’eau qui alimente la cascade débordant déjà du vase depuis bien longtemps. Nous devons rester concentrés sur cette grève, sur les différentes actions et sur le après. Réfléchissons tous ensemble, agissons rapidement et efficacement pour construire un nouveau système qui englobe tous les êtres vivants et notre si belle planète. 

Noah

Publication vue 601 fois, dont 1 fois aujourd'hui