Petit guide pour manipuler les esprits

Comment est-il possible d’en arriver là ? Comment se fait-il que la majorité de la population (ou presque) soit inactive ? Que des policiers tapent sans honte sur une population opprimée ? Que l’on laisse des enfants mourir de famine, ou dans des mines ? Que l’on détruise allègrement la faune et la flore ? Bref, que l’on s’auto-détruise dans un chuchotement effrayant…

Manipuler les esprits

Pour expliquer tout cela, il faudrait aborder des dizaines de sujets et domaines scientifiques afin de comprendre le problème dans sa globalité et sous différents angles. Cependant, comme nous n’avons malheureusement pas le temps (ni toutes les connaissances) ; nous allons nous concentrer sur certains points clés.

Pour une fois, nous allons nous mettre à la place de ces hommes de pouvoir et chercher à comprendre comment l’on pourrait réduire une population à l’inaction en quelques étapes.

ETAPE 1 : Etudier de cerveau, la psychologie et la sociologie

En partant du principe que notre objectif est de rester au pouvoir, ou du moins, dans une position confortable, sans que rien ne change ou presque ; je vais chercher à perpétuer le système déjà en place. Pour cela, je vais avoir besoin de comprendre comment fonctionne l’être-humain. Avec l’aide des neurosciences, de la psychologie et psychologie cognitive ; on peut avoir une bonne idée de comment fonctionne le cerveau ; quelles sont ses biais cognitifs ; et comment l’influencer. Ensuite, j’étudierai la manière dont cet être-humain agit dans une communauté et dans une foule (notamment grâce la psychologie sociale et la sociologie) ou encore comment lui parler (avec l’art de la rhétorique par exemple).

En comprenant tout cela, je vais pouvoir commencer à mettre en place des leviers pour influencer les esprits. En commençant très tôt, dès l’école (en ciblant les programmes, en allant contre le développement naturel dont un enfant a besoin, en posant un cadre ou encore en propageant un fonctionnement particulier et bénéfique pour nous etc…) je vais pouvoir accentuer et accélérer ce processus d’endoctrinement à une certaine vision de la société. Même si à la base ce n’est pas forcément fait exprès, ça nous arrange bien que l’école soit ainsi. En retardant les différentes améliorations dans le système éducatif et en centrant le débat public sur notre organisation, on retarde le moment où les enfants pourront profiter d’une vrai éducation adaptée à  l’école. 

Étudier tous ces domaines est sûrement l’étape la plus importante ! Elle nous permet à la fois d’attaquer et de se protéger. L’art du cerveau est l’une de nos meilleure armes ! C’est pour ça que pendant toute la scolarité des élèves on leur demande d’apprendre, mais jamais on ne leur explique comment faire et comment utiliser efficacement le cerveau.

Pour en savoir plus sur notre cerveau et notamment les biais cognitifs dont nous sommes quotidiennement victimes, allez lire notre article sur le sujet :

Le cerveau, la meilleure comme la pire de nos armes!

Pour en savoir plus sur la sociologie et la reproduction sociale de Bourdieu :

Pourquoi les riches sont-ils riches? (Bourdieu et sociologie)

ETAPE 2 : Donner un semblant de liberté et de pouvoir

Pour que le peuple nous laisse tranquille (et que l’on puisse plus facilement influencer les débats), il est important de lui laisser croire qu’il est libre et peut prendre des décisions. Nous devons à la fois être un exemple pour les autres pays, avec des conditions de vie acceptables pour éviter toute rébellion, mais également ne pas en faire trop au risque de perdre nos privilèges.

Pour cela, rien de mieux qu’une démocratie ! Mais sous notre propre définition bien sûr !

D’abord, le peuple ne vote pas directement les lois, mais élit des élites pour le faire. Il ne peut pas directement proposer de loi et s’il veut l’imposer dans le débat public, il y a des contraintes énormes, difficilement surmontables. Et même si c’était le cas, avec l’Assemblée Nationale ou le Sénat et ses vieux copains brigands, la loi n’aurait aucune chance de passer.

Même notre système de vote (uninominal à deux tours) est le plus anti-démocratique de tous. Le vote blanc n’est même pas comptabilisé et l’abstention est considérée comme de l’irresponsabilité (rire). Malgré toute les recherches des scientifiques et l’impact négatif visible tous les cinq ans ; on a quand même réussi à le conserver ! 

Le jour où l’on verra le peuple réclamer de mettre en place la méthode de vote par le jugement majoritaire ; là, on pourra commencer à flipper !

Dans tous les cas, que ce soit pour n’importe quelle élection (sauf peut-être les municipales ou c’est moins flagrant), on a nos amis “journalistes” pour nous donner de la couverture médiatique et influencer les résultats. Suffit de voir ce qu’il se passe tous les cinq ans avec le FN depuis Chirac. Quelques mois (voir un ou deux ans) avant, on va commencer à parler du FN (ou du RN, c’est la même chose) et de leurs idées. On va les propager dans les médias, laisser la parole à des représentants extrémistes et en “débattre” jusqu’à faire bouger le curseur politique le plus à l’extrême droite possible. Puis, une fois que l’on sera proche des élections, on va se servir de la peur crée face à la monté du FN/RN pour se révolter face aux idées les plus dangereuses. On va se positionner en héros pour que le peuple n’ait comme seul choix voter pour nous s’il veut garder sa “liberté”.

En plus de cette fausse démocratie, on a aussi la constitution et nos droits pour que le peuple se sentent protégé. Malheureusement pour eux, la séparation des pouvoirs (censée être le Graal de la démocratie), est de plus en plus floue. Le monde politique a du poids sur les trois pouvoirs ; il est au cœur des pouvoirs exécutifs et législatifs et il influence le pouvoir judiciaire avec sa politique, ses partisans et les décisions prises.

Tiens, l’autre fois, une décision a été rendue ; une femme a porté plainte pour violence conjugale, mais son mari s’est retourné contre elle parce que celle-ci l’a mordu en se défendant. Bah devinez quoi ! C’est elle qui a été condamnée à payer des indemnités ! Elle est pas belle la justice ! De toute façon, que l’on parle de viol, pédophilie, détournement de fonds publics, assassinats et autres cruautés ; tant qu’on est dans les petits papiers de l’Etat, on ne sera jamais ou peu inquiété ! ( il n’y a qu’à voir les histoires avec Sarko, Benalla, Macron, Balkany et sa femme, Polanski etc etc… pour s’en convaincre) et si vous êtes une femme, vous n’avez qu’à aller voir ailleurs !

De plus, dans nos propres organisations publiques, les droits du travail ne sont pas respectés. Et puis, la constitution me fait bien rire, même si un politique ou une entreprise fait quelque chose d’illégal, allant contre la constitution, il sera protégé. Au contraire, ce sont les lanceurs d’alerte qui deviendront des ennemis de la nation foutant leur vie en l’air. Et oui! faut pas croire, mais on a bien réfléchi à tout ça !

Notre dernier garde fou c’est l’opposition. En contrôlant le débat public et en déplaçant le curseur politique le plus à droite possible, on permet de canaliser l’opposition dans un cadre. Peut importe qui nous avons en face de nous, celui-ci ne sera toujours qu’un acteur de ce système. Les idées trop extrêmes, remettant potentiellement le capitalisme en cause ne doivent pas apparaitrent ; c’est pour cela qu’on ne donne pas ou très peu la parole aux porteurs de ces idées et au contraire, on essaye souvent de les décrédibiliser. Quiconque essaye de changer le système depuis l’intérieur, joue le jeu du système. 

Je vous dit, on a pensé à tout !

Tant que le peuple se croit libre et avec du pouvoir, nous pourrons en faire tout ce que l’on veut.  

Pour en savoir plus sur les différents modes de scrutins avec ScienceEtonnante
Pourquoi la France n’est pas une démocratie et débat sur le RIC ? – Le Média

Pourquoi la France n’est pas une démocratie ?

https://medium.com/d%C3%A9penser-repenser/pourquoi-la-france-n-est-pas-une-democratie-805ed47d30c0

ETAPE 3 : Asservir les esprits en contrôlant le débat public et la pensée

Maintenant que je comprends comment fonctionnent les gens du peuple et que le système “démocratique” est bien mis en place ; je n’ai plus qu’à utiliser cela pour contrôler les idées de notre société. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si une petite dizaine de milliardaires (des amis) contrôlent quasiment tous les médias français. Il est plus facile de malaxer la pensée des gens, lorsque les lignes éditoriales, le recrutement, les informations et l’angle choisi pour les traiter viennent de nous.

Lire aussi:  Le travail tue

Mais concrètement, comment on fait ? Rien de plus simple ! On décide des sujets acceptables ou non dans le débat public. Pour cela on trie l’information et on donne principalement la parole à des invités (économistes, philosophes, politiques…) allant dans le même sens. Lors d’un évènement particulier, on peut aussi lâcher les chiens de garde et passer quelques coups de fil pour avoir une grande visibilité à la tv, à la radio ou encore dans la presse écrite. Cela nous permet aussi d’user d’autres techniques en parallèle, comme la langue de bois. En martelant des idées ou en jouant avec la subtilité des mots (parler de croissance négative au lieu de récession ou encore d’une attaque chirurgicale pour un bombardement) on influence l’opinion grâce aux sens des mots. 

A force d’entendre les mêmes choses jour après jour, tout cela va se propager, se transformer en idée et influencer l’esprit du peuple.

On peut aussi compter sur les potos travaillant au marketing et à la communication des grandes boîtes pour nous aider. Pour eux, tous les produits peuvent passer pour bio si l’on s’y prend bien ! Ils vendent tous les jours des tonnes de merdes ayant des implications énormes sur la planète et son environnement (destruction des forêts, torture animale, pollution des océans, exploitation des hommes et bien-sûr réchauffement climatique…) ; et nous on achète sans rien dire. Ils sont très forts ! Eux, ils ont vraiment compris comment fonctionne le cerveau du consommateur !

Ah ! Et puis on a les lobbyiste aussi ! Alors ceux-là, je les adore ! Ils nous gâtent de cadeaux pour nous pousser à faire passer des lois et amendements que l’on aurait de toute façon validées. Ensemble, on contrôle le monde en se foutant de la gueule de tout le monde et on le fait au resto devant un steak de kobe ! hahahaha

Pour mieux comprendre comment les médias et politiciens nous manipulent , vous pouvez aller lire nos articles et voir de nouveaux exemples  : 

La fenêtre d’overton et le curseur politique :

Vous avez sûrement entendu parler de la récente intervention sur LCI de Julie Graziani, chroniqueuse/éditorialiste. Le 4…

Gepostet von Born To Be Media am Mittwoch, 6. November 2019

La langue de bois et le pouvoir des mots : 

Comment les mots influencent notre façon de penser la société et le monde ?

ETAPE 4 : Travailler plus pour vivre moins

Étape importante et particulièrement délicate de notre plan. Pour que notre système fonctionne, nous devons faire travailler les gens à tel point que ça en devient normal et inné chez eux. En effet, le capitalisme est fondé sur l’exploitation d’une plus-value. Cette plus-value on la retrouve dans les marges que l’on va faire sur un produit vendu (coûts de production, de transports, de communication etc…)  ; mais aussi sur la force de production travaillant pour nous. Plus elle produit à faible coût, plus on augmente nos marges et donc notre rentabilité. 

Une fois, un gars m’a raconté qu’il faisait un stage de 3 mois rémunéré environ 500 € par mois dans une entreprise. En trois semaines, il a organisé une action commerciale (en parallèle de ses autres tâches) qui a rapporté un peu plus de 3000€ à son entreprise. En une action et quelques semaines, il a rapporté presque le double de ce que son stage va coûter à son employeur.

Voilà ! C’est comme ça que fonctionne le système ! Il faut puiser au maximum dans la force de travail et que personne ne puisse rien y faire ! Et en plus, là ou on fait encore plus fort ! C’est qu’après la fatigue accumulée au travail, les gens rentrent épuisés chez eux et se divertissent en achetant des produits alimentant notre système. Cerise sur le gâteau, petit à petit, ils n’ont plus le temps ni la motivation de se renseigner correctement sur la réalité du monde ; et s’ils le font, qu’ils s’accrochent ! La désinformation et la manipulation médiatiques assurent nos arrières grâce aux copains !

Pour nous aider à conserver ce système, le travail doit devenir obligatoire pour vivre, on doit faire croire en des valeurs positives et pointer du doigt ceux qui ne travaillent pas. Pour nous y aider, encore une fois, on use et abuse de langue de bois et de martelage médiatique. Pendant que l’on augmente l’âge de la retraite d’un côté, on durcit les conditions de travail de l’autre (loi travail, assouplissement du travail de nuit, baisse des cotisations etc etc…).

C’est comme cela, que petit à petit, on peut faire accepter au peuple (sans qu’il ne bouge le petit doigt ou presque) qu’il est normal qu’il y ait des millions de personnes vivant dans la précarité ; que le monde du travail et déshumanisant, exploitant, mais indispensable ; qu’il faut travailler plus, même si cela provoque blessures, maladies, burn out et autres conséquences ; que la vie ne tourne qu’autour du travail ou presque.

Pour en savoir plus sur le travail, ses origines et son but, vous pouvez allez lire notre article :

Le travail tue

En attendant, vous pouvez aussi aller lire notre article sur la capital temps, pour comprendre pourquoi il est primordial de revaloriser notre temps professionnel et personnel :

Le Temps pour sauver l’humanité (Capital temps et sociologie)

ETAPE 5 : Manipuler les forces de l’ordre et autres administrations pour limiter les contradictions

La dernière étape à assurer pour nous, c’est notre défense. En imaginant que toutes nos astuces ne marchent plus pour manipuler la population et que celle-ci commence à se rebeller ; il ne nous restera plus qu’à lutter contre, jusqu’à que les gens se découragent et qu’elles passent toute seule.

Pour cela, on doit d’abord se mettre les plus gros syndicats dans la poche ou du moins limiter leur marge de manoeuvre. Ensuite on va petit à petit limiter les droits de grève et de manifester. Grâce aux médias, on peut diaboliser les mouvements contestataires et justifier des mesures inédites et de plus en plus restrictives (État d’urgence prolongé incompréhensiblement, arrestations préventives, ordres illégaux, surveillance de masse, menaces etc etc…).

Et si, dans le pire des cas, tout cela ne marche pas, nous avons encore les forces de l’ordre pour nous soutenir. Eux aussi d’ailleurs on les a bien eu ! Derrière les métiers de militaires, gendarmes, policiers on met de belles valeurs de courage, solidarité, de gardiens de la nation. C’est bien beau tout ça et dans un monde parfait ce serait vrai ! Mais en pratique, on a bien sûr calculé notre coup pour éviter tout problème à ce niveau.

Derrière la communication autour de ces métiers, on met des valeurs très fortes, on encourage et on donne envie. Ensuite, on sélectionne n’importe qui ou presque selon nos besoins. Tant que quelqu’un est capable de se tenir debout, tenir une arme et voir devant lui, c’est un pion potentiel à utiliser quelque part. A partir de là, tout dans l’idéologie que l’on va leur transmettre à travers leurs formations va nous servir ! Ils vont apprendre le travail d’équipe, le respect de la hiérarchie et des ordres et vont être formatés pour correspondre à ce que l’on attend d’eux en tant que protecteurs des intérêts du gouvernement. Une fois sur le terrain, tout est réfléchi pour servir nos intérêts (du fonctionnement interne de la police à la manière de donner les ordres en passant par la pression hiérarchique).

Faut pas croire ! Les policiers et gendarmes aussi sont une force de travail ! plus on les exploite, plus ça nous rapporte ! On les envoie donc dans tous les endroits dangereux ; on laisse la colère des plus violents s’exprimer ; on les surcharge de travail et d’heures supplémentaires au nom de la “nation” ; On bloque leurs syndicats ; on reste flou dans nos ordres pour profiter stratégiquement des débordements et on se sert d’eux comme des pantins. Même l’IGPN, la police des police, est avec nous ! Malgré les lois européennes, on a réussi à faire que la police des polices ne soit pas indépendante et que l’on puisse donc y jouer un rôle.

En mettant bout à bout tout ce que l’on a vu, il est facile pour nous d’enfermer policiers ou autres gaulois dans une certaine vision biaisée de la réalité. Ensuite, nous n’avons plus qu’à actionner quelques leviers pour les pousser à faire des choses au quotidien qui vont contre leurs convictions personnelles.

N’hésitez pas à regarder cette interview d’Alexandre Langlois, policier et membre d’un syndicat, pour en savoir plus :

Pour résumer, nous faisons un travail d’équilibriste. Nous devons manipuler le peuple, mentir, aider les copains et sauvegarder notre confort au détriment du malheur des autres pour sauvegarder notre système et nos privilèges ; et tout cela, tout en donnant assez de miettes au peuple pour éviter une révolte et les enfermer dans leur confort. Individualisme et immobilisme social, tels sont nos deux secrets pour réussir.

Bien sur, il y a encore beaucoup de sujets et de dérives à aborder pour contrôler une population (on pourrait parler de raisons/leviers économiques, historiques, géopolitiques etc etc…) Mais avec ceci, nous avons déjà une bonne base pour affirmer et garder notre pouvoir.

Noah (version néo-dictateur)

Publication vue 63 fois, dont 1 fois aujourd'hui