Déchets : Un tsunami déferlant sur la Corse

L’île de Beauté disparaît peu à peu …

Des sangliers, des rats, des souris, des renards et bien d’autres animaux vivent maintenant auprès des Corses, dans les grandes villes ! 

Crédit : Kevin Panizzoli
Crédit : Kevin Panizzoli

Nous avons pu constater depuis plusieurs semaines que des monticules de poubelles s’amoncellent au bord des routes et  dans les villages. Une véritable catastrophe pour la Corse, ses habitants et l’environnement. Par ailleurs, l’île est exposée à des vents violents qui dispersent, dans la nature, les poubelles  qui sont éventrées par les animaux . Depuis quelques jours, une pollution des sols se fait sentir et ressentir suite aux intempéries et pour couronner le tout, certains habitants exaspérés mettent le feu à ces mêmes monticules de déchets, provoquant également une pollution de l’air ! 

La Corse produit chaque année 236 000 tonnes de déchets.

L’essentiel du tri et du recyclage est le fruit des déchetteries avec 50 000 tonnes et 23 000 tonnes d’apport volontaire en déchetterie publique (73 000 T)

Sur 171 000 tonnes d’ordures ménagères produites en Corse, seules 23 000 tonnes font l’objet d’un tri sélectif à la source. Ce faible chiffre s’explique par les retards pris dans la mécanisation du tri des ordures ménagères et par l’absence de collecte séparée des biodéchets.

Le blocage actuel de Viggianello nous confirme que nos poubelles déversées sur la voie publique regorgent de matières recyclables et que le combat des consciences est loin d’être gagné auprès des élus et des citoyens.

L’île possédait, pour l’année 2019, une capacité d’enfouissement réglementaire de 153 000 tonnes : 43 000 tonnes à Prunelli di Fium’Orbu et 110 000 tonnes à Viggianello, donc un excédent prévisible de plus 50 000 tonnes sans destination réglementaire.

Lire aussi:  Justice, deux poids, deux mesures

Aujourd’hui, un tsunami environnemental guette donc  la Corse. La mise en balles de 400 tonnes/jour nous permet de gagner quelques mois avant une crise environnementale et sanitaire majeure. Il est plus que temps que les politiques en charge du dossier prennent la mesure de la gravité de cette situation. 

Crédit : Kevin Panizzoli
Crédit : Kevin Panizzoli

AUJOURD’HUI, IL EST TEMPS DE METTRE EN ŒUVRE LES SOLUTIONS. 

  • La Corse et l’État français  pourraient débloquer des fonds pour aider à la création d’entreprises pour le recyclage et la réparation d’appareils électroménagers.
  • Deux incinérateurs pourraient être construits pour éviter le transport d’une grande partie des déchets 
  • Augmenter le nombre de containers de tri, encore trop insuffisant, sur l’île.
  • Les communes pourraient embaucher plus d’agents ( au service de propreté urbain),
  • Ouvrir des nouveaux centres (déchetteries) dans les zones rurales (d’ailleurs, le peu de déchetteries ouvertes sont elles aussi en manque d’effectifs)
  • Les industriels pourraient, eux aussi, retravailler leur façon d’emballer, voire même récupérer les emballages après utilisation .

La liste pourrait être encore longue, des solutions concrètes existent! Il est grand temps que l’on ouvre les yeux et que l’on passe, réellement et efficacement,  à l’action. La planète se meurt petit à petit et nous fonçons droit devant, tête baissée, dans le mur…

Kevin

Publication vue 85 fois, dont 1 fois aujourd'hui